Details

van een Pièrlôt ... klik hier om terug te gaan Grafics

Virginie Marie Pierlot

Dochter van 02h

03 | 1863

 
Virginie Marie Pierlot geboren 28 augustus 1863 te Hennuyères. Ze huwde te Hennuyères 18 oktober 1890 François Chère (Bruxelles, 14 april 1859).
Begraafplaats van Hennuyères, foto: J. Eggermont.
ACTE DE MARIAGE DE VIRGINIE MARIE PIERLOT (née en 1863) ET DE FRANCOIS CHERE

(acte n°9 du 18-10-1890)
L’an mil huit cent nonante, le dix-huit Octobre à onze heures du matin, Pardevant Nous soussigné Théophile Bricou, Echevin délégué Officier de l’Etat Civil de la commune d’Hennuyères, Arrondissement de Soignies, Province de Hainaut, et en la maison commune du dit lieu, sont comparus publiquement François Chère , né à Bruxelles le quatorze avril mil huit cent cinquante neuf comme il conste de l’extrait de Son acte de naissance qu’il nous a remis et joint au présent acte, commis aux écritures du bataillon d’administration, domicilié à Bruxelles, autorisé à contracter mariage ainsi qu’il résulte d’une autorisation délivrée par Monsieur le Sous intendant militaire à Mons le trois Août dernier ci-annexée, fils majeur de François Joseph Chère, décédé à Bruxelles le vingt Mars mil huit cent soixan- te-neuf, ainsi que le constate l’extrait de Son acte de décès ci- annexé, et de Christine Paumen, sans profession, domiciliée à Bruxelles, ici présente et consentant au mariage et Virginie Marie Pierlot née à Hennuyères le vingt huit février mil huit cent Soixante-trois comme il conste de l’extrait de Son acte de naissance qu’elle nous a remis et joint au présent acte, sans profession, domiciliée à Hennuyères, majeure, fille de Florentin Pierlot, décédé à Hennuyères le vingt-sept février mil huit cent Soixante Sept et de Eulalie Séraphine Bricoux, décédée au dit Hennuyères le vingt janvier mil huit cent quatre-vingt-un, les deux actes constatés par les extraits ci-annexés,
Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entr’eux et dont les publications ont été faites à Hennuyères et à Bruxelles les dimanches cinq et douze octobre courant à dix heures du matin.
Aucune opposition au dit mariage ne nous ayant été signifiée, faisant droit à leur réquisition, après leur avoir donné lecture de toutes les pièces ci-dessus mentionnées et du chapitre six du titre du code civil intitulé : Du mariage, avons demandé au futur époux et à la future épouse, s’ils veulent se prendre pour mari et pour femme, chacun d’eux ayant répondu séparément et affirmativement, déclarons, au nom de la loi, que François Chère et Virginie Marie Pierlot sont unis par le mariage, lesquels nous ont déclaré avoir passé leurs conventions matrimoniales devant Maître Huet, Notaire à Tubize le quatorze octobre courant. De quoi nous avons dressé acte en présence de Pierre Chère, âgé de quarante-deux ans, pre- mier Sergent clairon au Septième de ligne, domicilié à Berghem, frère de l’époux, de Jean Missolten, âgé de trente-deux ans, commis aux écritures, domicilié à Mons, ami de l’époux, de Aimé Pierlot, âgé de trente-neuf ans, Menuisier et de Pierre Pierlot, âgé de trente-cinq ans, employé au chemin de fer, frères de l’épouse, domiciliés à Hennuyères, et ont les parties contractantes, la mère de l’époux et les témoins signé avec nous le présent acte après qu’il leur en a été donné lecture.

F Chère V. Pierlot
ve chère Paumen
Chère J Missolten A Pierlot P Pierlot T Bricou
(retranscription fidèle par J. Eggermont de l’acte de mariage original détenu en microfilm aux Archives de l’Etat à Anderlecht-Bruxelles)